SNCF: le gouvernement choisit la ligne dure contre le droit de retrait des cheminots

Par

Depuis le 18 octobre, le droit de retrait exercé par les agents de la SNCF a perturbé le trafic ferroviaire, entraînant de nombreuses annulations de trains. Le premier ministre étudie les poursuites judiciaires possibles. Plusieurs syndicats appellent à une grève illimitée à partir du 5 décembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un droit de retrait comme un appel au secours. De manière inopinée, comme le code du travail l’autorise, de nombreux cheminots ont activé leur droit de retrait le 18 octobre pour protester contre la dégradation de la sécurité au sein de la compagnie, à la suite de l’accident d’un TER en Champagne-Ardenne à un passage à niveau. Le 16 octobre, le conducteur, seul à bord, a dû s’occuper des passagers avant l’arrivée des secours. Onze personnes ont été blessées.