Ce n’est pas rien un président qui ne s’accroche pas

Par

Contrairement à Sarkozy qui s’est accroché, Hollande a renoncé. Il se donne un peu d’air pour finir son mandat.

>Le chômage a plombé tout le quinquennat

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a freiné à temps. À temps pour avoir l’air de décider un départ qui s’imposait à lui, s'il ne lui a été imposé. À temps pour éviter d’entrer dans une folle agonie politique, dans laquelle un président se serait heurté à une partie de son gouvernement dans une primaire de chiffonniers. À temps pour donner tort à ceux, de droite et de gauche, qui l’accusaient d’être coupé du monde, enfermé dans son château, privé de lucidité, incapable de comprendre et d’entendre.