« Je ne voterai plus socialiste »

Par

Mediapart s'est installé une semaine dans l'Ariège, un des départements les plus socialistes de France. Dans cette terre industrielle et rurale violentée par la crise, les électeurs de gauche oscillent entre gros doutes et colère. Ici la droite est quasi inexistante. Le Front national est en embuscade. Premier volet d'une série de trois reportages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans l'annuaire téléphonique, bien des noms sont d'origine espagnole, avec des “ez” et des “o” à la fin. Lors de la guerre civile espagnole (1936-39), Lavelanet, prospère cité textile au pied des Pyrénées, fut un refuge pour beaucoup de républicains. Fuyant le franquisme, ils rejoignirent certains de leurs compatriotes arrivés des décennies plus tôt. Aujourd'hui, cette terre d'immigration (après les Espagnols, il y eut les Maghrébins) fait partie des villes convoitées par le Front national.

Ici, comme dans le reste de l'Ariège, on a presque toujours voté à gauche. Dans ce département pauvre, rural et industriel, marqué par un socialisme laïque et républicain, le PS reste hégémonique, le PCF conserve quelques beaux restes. À chaque élection nationale, l'Ariège est un des départements les plus socialistes de France. Lors de la dernière présidentielle, certains villages ont voté Hollande au premier tour à 50, 60, voire plus de 70 %.