Calais: depuis la visite de Macron, la situation n’a fait qu’empirer

Par Elisa Perrigueur

Une rixe entre migrants a fait 21 blessés, dont cinq par balle, jeudi 1er février à Calais. Quatre sont aujourd’hui entre la vie et la mort. Les associations dénoncent depuis des semaines la tension grandissante sur place, notamment en raison de la politique de « non-fixation » mise en place par les autorités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Calais (Pas-de-Calais), envoyée spéciale.– Le vent glacial fouette leurs visages inquiets, ce vendredi midi. Dans la zone industrielle des Dunes, l’Éthiopien Abebe, le Somalien Jo et le Camerounais Eupui racontent qu’ils « n’avaient jamais vu des scènes aussi violentes », durant leurs longs mois d’errance à Calais. La veille, vers 17 h 30, sur un terrain vague boueux entouré d’usines fumantes, ces migrants ont vu surgir des dizaines de silhouettes en furie.