A Nice comme ailleurs, les magistrats revoient leurs standards de la détention provisoire

Par

Le tribunal ne ressemble plus que vaguement à un tribunal. Et la justice d’hier n’est plus celle d’aujourd'hui. Peut-on encore se permettre d’envoyer autant de prévenus dans des prisons contaminées ? Reportage à Nice, où les magistrats font face à leur conscience et aux injonctions de leur ministre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nice (Alpes-Maritimes), de notre correspondante.– Seuls quelques pigeons donnent un semblant de vie à la place du palais de justice de Nice. L’agente d’accueil du tribunal, chargée de filtrer les entrées, un masque chirurgical sur le visage, a l’air de se demander ce qu’elle a fait au bon Dieu pour mériter une telle punition.