Patriotismes, nationalismes et 1er Mai

Par Nicolas Lebourg


Marine Le Pen affirme représenter « les patriotes » contre le « mondialiste » Emmanuel Macron, lequel affirme que « les patriotes » sont avec lui, et qu'en face, ce sont « les nationalistes », tandis que les manifestants scandaient lundi 1er mai « Marianne, pas Marine ». Se retrouve là l'expression antagonique de deux nationalismes qui ont traversé l'histoire de France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marine Le Pen affirme représenter « les patriotes » contre le « mondialiste » Emmanuel Macron. Ce dernier dit que « les patriotes » sont avec lui, et qu'en face, ce sont « les nationalistes ». Rendant hommage à Jeanne d'Arc, ce lundi 1er mai, Jean-Marie Le Pen a récusé l'idée que le patriotisme et le nationalisme s'opposent, l'un et l'autre devant selon lui aller ensemble. Si ce débat sémantique peut paraître obscur, il est néanmoins essentiel. Il renvoie à des idées qui ont traversé l'histoire de France et qui, mezza voce, sous-tendaient les débats depuis janvier 2015.