Patriotismes, nationalismes et 1er Mai

Marine Le Pen affirme représenter « les patriotes » contre le « mondialiste » Emmanuel Macron, lequel affirme que « les patriotes » sont avec lui, et qu'en face, ce sont « les nationalistes », tandis que les manifestants scandaient lundi 1er mai « Marianne, pas Marine ». Se retrouve là l'expression antagonique de deux nationalismes qui ont traversé l'histoire de France.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Marine Le Pen affirme représenter « les patriotes » contre le « mondialiste » Emmanuel Macron. Ce dernier dit que « les patriotes » sont avec lui, et qu'en face, ce sont « les nationalistes ». Rendant hommage à Jeanne d'Arc, ce lundi 1er mai, Jean-Marie Le Pen a récusé l'idée que le patriotisme et le nationalisme s'opposent, l'un et l'autre devant selon lui aller ensemble. Si ce débat sémantique peut paraître obscur, il est néanmoins essentiel. Il renvoie à des idées qui ont traversé l'histoire de France et qui, mezza voce, sous-tendaient les débats depuis janvier 2015.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal