1999: la guerre est au cœur de l'Europe, mais la politique continue

Par
Alors que l'Otan décide de frapper la Serbie de Milosevic, la droite consacre sa campagne européenne à se déchirer. Bilan: Nicolas Sarkozy se voit contraint de partir au front au côté d'Alain Madelin; François Bayrou peut enfin tester, pour la première fois, le poids de son nom dans un vote national. En cette année là, Cohn-Bendit (photo) repasse le Rhin et le PS, tout occupé à la cohabitation avec Chirac, préfère ménager sa «majorité plurielle»... et le destin de ses présidentiables en vue de 2002.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les campagnes électorales européennes avaient connu des crises économiques, sociales, politiques, mais jamais une guerre à quelques heures d'avion de Strasbourg et Bruxelles.