Les ministres en week-end d’intégration, loin de Paris... et de Macron

Par

Le séminaire qui s’est tenu ce week-end à Nancy a permis aux ministres novices de profiter d’une formation accélérée avant les premières questions au gouvernement. Il a surtout offert à Édouard Philippe l’occasion de s’éloigner momentanément de la figure écrasante d’Emmanuel Macron.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nancy (Meurthe-et-Moselle), de notre envoyée spéciale.- Ils préfèrent parler de décisions « courageuses » ou « difficiles », plutôt que d’employer les termes « rigueur » ou « austérité ». Mais ils veillent toutefois à dramatiser comme il faut le rapport de la Cour des comptes faisant état d’un déficit public de 3,2 % du PIB, pour mieux préparer le terrain aux futures annonces. Samedi 1er juillet au matin, la quasi-totalité des membres du gouvernement, réunis en séminaire à Nancy, a écouté le président de la Cour des comptes Didier Migaud, venu se livrer à « une séance de radiographie » de la situation des finances publiques. « Le rapport montre que la situation est dégradée », s’est contenté de commenter le ministre de l’économie Bruno Le Maire, assurant que des décisions seraient prises pour y remédier.