Féminisme : l’indécence d’Emmanuel Macron

Par et

Au nom d’un « universalisme » qui cache mal d’autres crispations, Emmanuel Macron s’est attaqué aux « logiques intersectionnelles » et aux tenues des jeunes femmes. Le « féminisme » dont il se revendique contribue à forger une vision étriquée de nos identités et de nos sociétés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’événement était censé rappeler au monde le prétendu « progressisme » d’Emmanuel Macron. À l’occasion d’une conférence internationale sur les droits des femmes, organisée à Paris, le chef de l’État a finalement fait la démonstration de sa vision conservatrice de la société française et de son incapacité à comprendre la question minoritaire. Sous couvert d’un « universalisme » qui critique les religions mais s’attaque aux tenues trop dénudées des femmes, et d’un « féminisme » qui conclut finalement à une défense des « droits des hommes »