Jean-Michel Blanquer, «un conservateur 2.0» à l’Education nationale

Par

Inconnu du grand public avant sa nomination, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, est une figure familière dans la communauté éducative. Clivant et animé d’idées bien ancrées, cet homme dont la compétence est reconnue crispe ses adversaires par son dogmatisme et sa vision mécaniste de l’école. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le beau jardin du ministère de l’éducation nationale trône un platane bicentenaire. Le ministre Jean-Michel Blanquer aime le présenter aux visiteurs en livrant à tous la même histoire. Il raconte que ce végétal majestueux est plus ancien que le ministère et que Jules Ferry l’évoquait dans son journal. Il a aussi confié aimer caresser le vieil arbre aux racines bien plantées dans la terre. Quand l’anecdote sort dans la presse, l’article en question circule dans les couloirs de la rue de Grenelle, suscitant ainsi moult persiflages et rires sous cape. « Il est grisé ! » a pudiquement commenté le personnel.