Procès du Mediator: première passe d’armes entre Servier et Aquilino Morelle

Par

Le tribunal est entré mardi dans le vif du sujet. L’inspecteur général des affaires sociales, Aquilino Morelle, a accablé le laboratoire Servier qui lui a reproché en réponse d’avoir protégé l’Agence du médicament et les politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La confrontation peut enfin avoir lieu. Le laboratoire Servier n’a jamais digéré que l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) ne l’entende pas en 2011, lorsqu’elle rédigea un rapport explosif sur le Mediator. C’est donc, huit ans plus tard, au tribunal correctionnel que le face-à-face se tient : l’entreprise pharmaceutique répond d’homicides et de blessures involontaires, ainsi que de tromperie aggravée pour avoir sciemment dissimulé le caractère anorexigène du Mediator, son médicament coupe-faim déguisé en antidiabétique, et ses effets secondaires graves sur le cœur et les poumons.