Crise: Montebourg rêve d'infléchir la campagne de Hollande

Par

Seul participant à la primaire socialiste à avoir voté non au référendum de 2005, le député de Saône-et-Loire veut soutenir François Hollande tout en continuant à afficher sa différence. Une façon d'asseoir à gauche la campagne présidentielle du candidat socialiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Faire d'une pierre deux coups: continuer à exister et ancrer à gauche la campagne de François Hollande. C'est le pari d'Arnaud Montebourg, fort des 17% obtenus au premier tour de la primaire socialiste et rallié depuis au président du conseil général de Corrèze. «Je ne cherche pas un poste, mais je continuerai à m'exprimer comme je le fais aujourd'hui, explique le tenant de la démondialisation. Je n'ai pas gagné la primaire. Je soutiens donc le candidat, François Hollande, et je garde mes convictions intactes. Je me suis engagé sur le long terme pour infléchir les choix politiques.»