Notre enquête sur l'affaire de Tarnac: manipulations policières et scandale d'Etat

Par et

Un an après les faits, l'appareil judiciaire antiterroristeest pris en flagrant délit de cafouillage dans l'affaire dite «deTarnac». Les avocats des neuf jeunes gens mis en examen pour terrorismesoupçonnent même un flagrant délit de «montage» policier ens'interrogeant sur «l'authenticité des procès-verbaux de la policejudiciaire». Face à ces accusations très graves, Mediapart est retourné sur les lieux du sabotage de ligne TGV imputé à Julien Coupat et Yildune Lévy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un an après les faits, l'appareil judiciaire antiterroriste est pris en flagrant défaut de cafouillage. Les avocats des neuf jeunes gens mis en examen pour terrorisme soupçonnent même beaucoup plus grave: un flagrant délit de «montage» policier. Mes Jérémie Assous, William Bourdon et Thierry Lévy s'interrogent en effet sur «l'authenticité des procès-verbaux de la police judiciaire». Et il est vrai que certains PV policiers sont lourds d'incohérences et de contradictions.