Le suspect de Valence téléchargeait des images islamistes

Par

De la propagande djihadiste a été trouvée dans l'ordinateur du conducteur qui a foncé sur des militaires devant la mosquée de Valence, vendredi, mais rien ne prouve à ce stade qu'il soit lié à des organisations terroristes, a déclaré samedi le procureur de Valence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'homme, un Français d'origine tunisienne âgé de 29 ans, a été interrogé samedi à l'hôpital où il est en garde à vue après avoir été touché à un bras et aux jambes de trois balles tirées par les militaires, déployés dans le cadre de l'opération Sentinelle.