A Marseille, une anthropologie du Coran sur les planches

Par

Déjà joué devant 6 000 élèves de la région Paca, le spectacle de Selman Reda remonte le fil de son histoire personnelle et des origines du Coran, sans verser dans la démonstration.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce qui préoccupe Selman Reda, concentré à l’extrême ce jeudi de novembre, c’est la sonnerie du lycée Saint-Exupéry, dans le 15e arrondissement de Marseille, qui va retentir au milieu de son spectacle « Ne laisse personne te voler les mots », risquant d’en briser le fil. Une sonnerie en ré mineur, note Djamila Lebdiri, joueuse d’oud l’accompagnant dans ce récit très personnel, qui questionne en creux la façon dont un musulman peut vivre sa foi en France aujourd’hui.