«Face aux crimes du marché», l'avocat William Bourdon s'insurge et propose

Par et

William Bourdon fait le tour des grands massacres et des petits arrangements avec la morale que le marché, rêvé en projet universel, organise pour le plus grand profit du profit. Entretien vidéo en quatre parties. Critique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le raisonnement tient lieu de doxa mondiale et il a été avancé mille fois par tous les conservateurs à chaque fois qu'une catastrophe afflige une partie de l'humanité et qu'il est réclamé par les opinions publiques indignées l'émergence d'un contre-pouvoir pour empêcher le prochain désastre: puisqu'il ne reste plus dorénavant que le marché comme projet universel, puisque sa puissance est sans égale, et même s'il se livre à des dérapages réguliers, comment faire autrement que d'attendre son autorégulation? Ceux-là nient à la société civile et aux citoyens le droit de maîtriser leur destin. Mais où sont ceux qui attendent de ne plus attendre?