Le PS promet des exclusions aux colistiers de Frêche

Par
Mardi 2 février, le PS a investi Hélène Mandroux, la maire de Montpellier, comme tête de liste dans le Languedoc-Roussillon pour les régionales de mars. Au panier, Georges Frêche et ses dérapages (il maintient sa candidature et menace d'aller en justice). Les militants, sur place, vont donc se diviser en deux listes. Mais le bureau national du parti a prévenu: «Il n'y aura pas deux listes avec des socialistes.» Ceux qui choisiront Georges Frêche sont menacés d'exclusion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis mardi 2 février, 18h30, Georges Frêche est officiellement devenu un adversaire du PS – trois ans après son exclusion. À l'issue d'une réunion de son bureau national, le parti socialiste a décidé de lui opposer son ancienne protégée, Hélène Mandroux, maire de Montpellier et médecin généraliste de 69 ans, comme tête de liste «maison» dans le Languedoc-Roussillon, lors des élections régionales des 14 et 21 mars.