Laïcité: Bianco et Valls enterrent la hache de guerre

Par

Reçu à Matignon jeudi dernier, le président de l’Observatoire de la laïcité Jean-Louis Bianco a été confirmé à son poste. Manuel Valls l’avait mis en cause lors d’une rencontre des Amis du Crif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Finalement, la montagne de colère a accouché d’une souris. Le président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco, mis en cause par Manuel Valls dix jours plus tôt, a rencontré jeudi 28 janvier le premier ministre à Matignon. « L’entretien a été très cordial, assure Bianco à Mediapart. Nous avons échangé sur tous les sujets qui touchent à la laïcité. La polémique est close. » Bianco, de même que son numéro deux, le secrétaire général Nicolas Cadène, également visé par Valls, restent à leur poste.

Lundi 18 janvier, lors d’une conférence-débat des Amis du Conseil des institutions juives de France (Crif), Manuel Valls s’en était pourtant pris frontalement aux deux principaux responsables de l’Observatoire de la laïcité (ODL), organisme administratif consultatif placé sous son autorité. En des termes très directs, le premier ministre avait reproché à Bianco d’avoir signé, au lendemain des attentats de novembre, un appel intitulé « Nous sommes unis », cosigné par le rappeur Médine ou le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), dans le viseur du premier ministre. Cet appel très consensuel avait pourtant été cosigné par Christine Lazerges, la présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme ; l’ancien président du Conseil économique et social Jean-Claude Delevoye ; le grand rabbin de France Haïm Korsia – et celui de Ris-Orangis, un proche de Manuel Valls ; le président du Conseil français du culte musulman, Anouar Kbibech ; les représentants du culte protestant ; plusieurs organisations de scouts ; des représentants d’ONG (CCFD Terre solidaire, Secours catholique, ATD Quart Monde, etc.) ; des élus socialistes et écologistes ; ou encore Robert Ejnes, le directeur exécutif du Crif, etc.