Le 1er Mai en comparution immédiate: de la prison encore et toujours

Par

Le tribunal de Paris a jugé, jeudi, plusieurs manifestants, ou présumés tels, du 1er Mai à Paris. L’utilisation quasi systématique de l’article « participation à un groupement en vue de » violences permet à l’accusation de s’émanciper des faits. Ce sont désormais les intentions et les présupposés qui sont jugés, avec à la clé une effarante distribution de peines de prison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bienvenue dans la justice prédictive ! Les faits n'ont plus guère d'importance ; seules comptent désormais les certitudes peu ou pas documentées de l'accusation face à des manifestants – ou présumés tels – habillés en casseurs par le parquet. Les audiences en comparution immédiate organisées jeudi 2 mai au tribunal de Paris pour juger des personnes interpellées la veille en ont fait une éclairante démonstration. Le recours quasi systématique à l’article 222-14-2 du code pénal permet de juger non plus des infractions ou des délits effectivement commis, mais l'intention supposée de les commettre.