Un rapport parlementaire préconise des états généraux de la psychiatrie

Par
Roselyne Bachelot avait promis une loi réformant la psychiatrie «avant l'été». Mais la contestation suscitée par le projet de loi «Hôpital, patients, santé et territoires» incite les élus à la prudence. Dans un rapport rendu public mercredi 3 juin, l'Office parlementaire d'évaluation des politiques de santé, constatant les «relations tendues» entre les pouvoirs publics et les psychiatres, plaide pour l'organisation préalable d'états généraux. Il dresse un état des lieux alarmant de la prise en charge de la santé mentale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après le meurtre d'un étudiant par un patient schizophrène à Grenoble, en novembre 2008, et la remise du rapport Couty, en janvier 2009, Roselyne Bachelot avait annoncé son intention de présenter une loi «avant l'été» réformant la loi de 1990 sur les hospitalisations d'office et réorganisant, à l'échelon territorial, l'offre de soins. Mais la loi «Hôpital, patients, santé et territoires», en cours d'examen au Sénat, est passée par là. La contestation qu'elle suscite incite les élus à la prudence et à la concertation.