Etre maire à Sevran (93): «Je pronostique un tir au bazooka»

Par

Dernier accident en date: vendredi, un enfant a été blessé alors qu'avec un camarade, ils jouaient avec une arme à feu trouvée dans un fourré ... Impuissance face aux trafiquants de drogue, corruption dans l'attribution des HLM, élus déconnectés des réalités: le maire de Sevran, Stéphane Gatignon (photo), dresse un tableau noir d'une banlieue confrontée à la crise sociale et à l'économie souterraine. Premier volet de notre série.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A quoi est confronté un maire de banlieue? De quoi est fait son quotidien? Quelles sont ses marges de manœuvre? Alors qu'une quarantaine de maires ont écrit il y a quelques jours «une lettre à ceux qui n'écoutent pas la banlieue», alors que François Fillon a repoussé à 2011 la réforme de la géographie des zones sensibles et le rééquilibrage des aides entre quartiers pauvres et moins pauvres, Mediapart a voulu voir concrètement à quoi devait faire face un élu et a donc suivi pendant trois jours Stéphane Gatignon. Né à Argenteuil il y a 40 ans, élu maire de Sevran en 2001 sous l'étiquette PC, il a rejoint Europe Ecologie il y a six mois, et mené la liste départementale en Seine-Saint-Denis aux élections régionales.