La gauche havraise offre un boulevard à Edouard Philippe

Par et Manuel Sanson et Gilles Triolier (Le Poulpe)

Au Havre, où Édouard Philippe est arrivé en tête au premier tour, la fusion des listes de gauche a échoué. Le premier ministre peut désormais se contenter de mobiliser son électorat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Paul Lecoq avait prévenu dès le début du confinement : « Rien n’interdit, jusqu’à l’expiration du délai légal, de modifier les choses. À la condition qu’Alexis Deck [la tête de liste d’Europe-Écologie-Les Verts (EELV) – ndlr] accepte de se retirer. » Le député communiste, arrivé en deuxième position lors du premier tour de l’élection municipale du Havre (Seine-Maritime), rêvait alors de rassembler les gauches autour de sa candidature afin de battre Édouard Philippe le 28 juin.