Cargese, le village corse qui vit dans la peur

Par

Une série d’assassinats endeuille depuis près de trois ans ce village de la côte occidentale de la Corse, où s’est créé un collectif antimafia. Le récent acquittement d’un homme jugé par la cour d’assises fait craindre un nouveau drame.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis mercredi 31 mars, les habitants de Cargese retiennent leur souffle. Ce jour-là, Mickaël Carboni, un enfant du pays doté d’un lourd casier judiciaire, est ressorti libre de la cour d’assises d’Ajaccio où il comparaissait détenu, en compagnie de quatre autres personnes, pour l’assassinat de Jean-Michel German, un mécanicien connu pour avoir trempé dans de petits trafics de cannabis quelques années plus tôt. Le 16 septembre 2016, alors qu’il sortait de son domicile dans la banlieue d’Ajaccio, German avait reçu dans le dos trois décharges de chevrotine puis avait été exécuté d’un coup de revolver.