Ali Bongo à Paris, un despote à l'Élysée

Par

François Hollande reçoit Ali Bongo, fils d'Omar et président du Gabon élu lors d’un scrutin truqué en 2009. Une rencontre critiquée par les opposants gabonais et une partie de la gauche française.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je ne sais pas si elle (l’élection présidentielle gabonaise) a été truquée mais en tout cas elle n’était pas dans les critères de ce qu’on peut appeler des élections démocratiques, voilà ma réponse », déclarait à Mediapart François Hollande le 13 avril (vidéo ci-dessous). Candidat à l'Elysée, il critiquait l’élection présidentielle gabonaise de 2009, massivement truquée, qui a perpétué la dynastie Bongo et permis à Ali le fils de succéder à Omar le père, mort trois mois plus tôt. Président, il s’apprête à recevoir à l’Elysée le dauphin, pour une visite de travail.