Macron réunit le Congrès de Versailles pour un simple discours de campagne

Par et

Le Président a réuni en grande pompe les parlementaires pour fixer « le cap » de son mandat. Soit une heure et demie de discours sans autre annonce que la confirmation de ses promesses institutionnelles. Dehors à Versailles, et place de la République à Paris, communistes et insoumis ont manifesté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beaucoup de dorures, de solennité, d’effervescence. Et puis, rien. Lundi 3 juillet, face au gouvernement et aux parlementaires réunis à Versailles, Emmanuel Macron n’a rien livré de plus qu’un très long discours de campagne. Pendant une heure et demie, le président de la République n’a fait que répéter ce qu’il a déjà maintes et maintes fois énoncé, dans son livre Révolution (Éditions XO) d’abord, mais aussi dans tous les meetings et toutes les interviews qui ont ponctué la présidentielle. « En son article 18, la Constitution permet au Président de la République de prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en congrès, a-t-il rappelé en guise de préambule. Il est des heures qui, de cette possibilité, font une nécessité. Les heures que nous vivons sont de celles-là. » Certes. Mais encore aurait-il fallu que le discours qui suive justifie une telle cérémonie.