«Charlie Hebdo»: la vérité des faits contre la folie des opinions

Par
L'affaire Charlie Hebdo semble devenue la dispute majeure du moment. Au grand bénéfice de la droite, la gauche s'y bat contre elle-même, une partie de l'ex-gauche plurielle pourchassant un "antisémitisme de gauche" sous les masques divers de l'antisionisme et de l'anticapitalisme. Mediapart, il y a deux semaines, avait tenté d'apporter un peu de raison dans cette confusion, faits et rappels à l'appui, en montrant combien le procès fait à Siné était disproportionné. Ce fut peine perdue et, depuis, de tribunes excessives en réquisitoires expéditifs, les mots servent à exécuter plutôt qu'à expliquer. C'est pourquoi nous avons choisi de revenir longuement sur les arguments des détracteurs de Siné, en les confrontant aux vérités factuelles de ce dossier.
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

C’est la folie de l’été, et cela ne présage rien de bon. De tribunes en points de vue, de pétitions en excommunications, de réquisitoires en plaidoyers, l’affaire Charlie Hebdo semble devenue la discorde majeure du moment. Il y a deux semaines, Mediapart avait tenté de sauver un peu de rationalité pour, à la fois, rendre intelligible cette histoire, la remettre à sa juste place et enrayer le déchaînement des passions. L’article s’intitulait L’affaire «Charlie Hebdo» ou la caricature de l’époque et, depuis, c’est peu dire que de constater combien la réalité a dépassé nos craintes. Le licenciement du dessinateur et chroniqueur Siné par Philippe Val, directeur de l’hebdomadaire, au motif d’une phrase publiée sur la soif de réussite de Jean Sarkozy, appuyée par l’évocation de son éventuelle conversion au judaïsme pour épouser sa fiancée, héritière des fondateurs de la chaîne Darty, a désormais échappé à ses premiers protagonistes – l’équipe de Charlie Hebdo. C’est devenue l’Affaire du moment, très parisienne et fort violente, devant laquelle chacun est sommé de choisir son camp, sans qu’on lui donne les moyens de s’informer avant de se prononcer.

 


Ce retournement a vraiment commencé avec un point de vue de Bernard-Henri Lévy, publié dans Le Monde le 21 juillet, trois jours après notre propre article. Selon une stratégie offensive rodée depuis l’irruption sauvage des «Nouveaux philosophes» à la fin des années 1970, BHL sonnait la charge sans nuances ni précautions, assimilant le dessinateur à «l’antisémitisme le plus rance» dans un propos qui frappait large, dénonçant comme ses complices «l’islamo-gauchisme» en général et le philosophe Alain Badiou en particulier. Le titre de l’article en suggérait clairement l’enjeu politique : «De quoi Siné est-il le nom?» est un décalque de l’intitulé de l’essai consacré, fin 2007, par Badiou à la critique du sarkozysme, De quoi Sarkozy est-il le nom? (Lignes, 2007). Quatre jours plus tard, le 25 juillet, dans un unanimisme inhabituel, c’était au tour du Figaro et de Libération de prendre le relais.

 


Dans les colonnes du quotidien de droite, l’éditorialiste Alexandre Adler, après avoir affirmé que Siné présente «les juifs comme les maîtres de l’argent et de la société française», appelait solennellement nos concitoyens à faire de cette affaire «un test en grandeur réelle de la santé de notre corps politique» en manifestant, «au-delà des clivages politiques traditionnels», l’«horreur» et le «mépris» qu’elle leur inspire. Auparavant, il s’était interrogé sur «la haine antisarkozyste» en ces termes : «Un homme, Nicolas Sarkozy, proclame, sans cesse, qu’il est une opportunité pour une France qui peut se secouer de la rancœur petite-bourgeoise de la corporation et de l’éloge de la paresse, et voici que les antisémites, comme un essaim de mouches, s’en prennent à sa personne, ou, le cas échéant, à celle de son fils».


Pour finir, Adler comparait Philippe Val, pour sa «trempe», au Zola de l’affaire Dreyfus – le célèbre «J’accuse», paru dans L’Aurore – et décernait aux «pétitionnaires semi-trotskistes en faveur de l’éternel stalinien Siné» un brevet de déshonneur : ils ont, selon lui, «la bassesse de Drumont, de Maurras ou de Bernanos», façon de les renvoyer à l’extrême droite en associant pêle-mêle Edouard Drumont (1844-1917), l’auteur de La France juive, Charles Maurras (1868-1952), le fondateur de l’Action Française, et Georges Bernanos (1888-1948), qui rompit avec celle-ci, soutint les Républicains espagnols et refusa la Collaboration pétainiste, mais continua, après-guerre, de se dire antisémite. Le même jour, Laurent Joffrin, directeur de Libération, quotidien classé à gauche, choisissait, pour dénoncer Siné et ses soutiens, les mêmes références que l’éditorialiste du Figaro, à une exception près : Bernanos était remplacé par Robert Brasillach, écrivain collaborateur fusillé à la Libération.

 

Sans les citer précisément – ce que ne faisaient pas plus BHL et Adler –, Joffrin rendait son verdict : «On dit que les écrits de Siné ne sont pas antisémites ? Quelle blague ! Le polémiste lourdingue associe dans la même phrase le juif, l’argent et le pouvoir, en expliquant que l’alliance avec le premier vous donnera les deux autres… Si ce cliché n’est pas antisémite, alors les écrits de Drumont, de Maurras, et de Brasillach, ne le sont pas non plus». Dès la première phrase, le directeur de Libération avait désigné la cible de son courroux, au-delà du caricaturiste lui-même : «Les bataillons quelque peu cacochymes de l’extrême gauche “antisioniste”». La suite de l’article se voulait une réflexion opposant ce condamnable «antisémitisme de gauche» à la critique légitime de l’islamisme, et débouchait elle-même sur un dérapage, dont nous reparlerons : «Attaquer une religion n’est pas attaquer une race. […] On choisit sa religion, on ne choisit pas sa race. […] Le fait d’être juif n’est pas un choix». Sur le site du quotidien, le mot race a, depuis, été remplacé par celui de communauté, pour la première occurrence, et par celui d’origine pour la seconde – Joffrin ayant juste admis que «l'apparition du mot race dans un texte antiraciste n'est pas heureuse».

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Cet article est long, et je prie ses lecteurs de m'en excuser. Mon objectif était d'opposer un peu de rationalité factuelle à ce qui me semblait une confusion intellectuelle. Je me suis essayé à des versions plus courtes, mais je me suis vite aperçu qu'elles m'obligeaient à simplifier avant d'expliquer, bref à tomber dans les travers que je critiquais. J'ai donc fait le choix de mettre à plat cette polémique pour permettre à tous ceux qui n'en avaient pas suivi les divers méandres de connaître les arguments que j'allais ensuite m'efforcer de démonter. Cela prend de l'espace (de publication) et du temps (de lecture). Mais c'est aussi l'occasion de montrer que Mediapart défend, sur Internet, un journalisme de référence, contre la fausse évidence que le Web ne tolérerait que des formats courts, facilitant le zapping plutôt que retenant l'attention. A vous, maintenant, de nous dire si ce choix rencontre aussi vos attentes.

J'ai agrémenté chaque page d'une reproduction d'anciens dessins de Siné, donnant un aperçu de son style et, sous l'onglet "Prolonger", je propose à votre réflexion deux vidéos de Coluche, l'une sur les juifs, l'autre sur le racisme, qui illustrent très précisément notre sujet.