«Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens!»

Restée dans les mémoires comme un sommet d’indifférence cynique, la formule s’est imposée dans le répertoire de l’histoire de France. Censée avoir précipité lors de la croisade des albigeois le massacre brutal et indifférencié des habitants de Béziers, hérétiques et catholiques confondus, elle est pourtant (très) loin d’être attestée.

Jean-Christophe Piot

3 août 2020 à 07h32

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Au milieu du mois de juillet 1209, vingt mille hommes en armes approchent des murailles de Béziers. Partie de Lyon à la demande du pape Innocent III, cette armée puissante veut en finir avec le catharisme, considéré par Rome comme une hérésie tenace, fermement implantée dans tout le sud de la France depuis plus d’un siècle.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal