Blanchir Senoussi: les policiers obtiennent une nouvelle preuve accablante

Les archives de l’Élysée ont parlé. Les enquêteurs ont obtenu la trace d’une visite le 16 mai 2009 de Ziad Takieddine à la présidence de la République, pour un rendez-vous avec Claude Guéant. Son objet : « mettre de côté le mandat d’arrêt » visant le Libyen Abdallah Senoussi, principal condamné dans le dossier du DC 10 d'UTA.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les policiers ont obtenu la preuve matérielle que Ziad Takieddine disait vrai. Et ce sont les archives des “loges” de la présidence de la République, c’est-à-dire sa conciergerie, qui ont parlé. Le registre des entrées à l’Élysée sous Nicolas Sarkozy a gardé la trace d’une visite le 16 mai 2009, à 13 h 39, de l’intermédiaire au cœur de l’affaire des financements libyens, venu pour honorer un rendez-vous avec Claude Guéant.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal