Présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy se concocte un parti sur mesure

Par

L'ancien président veut liquider l'UMP d'ici quelques mois pour créer un nouveau parti capable de le pousser jusqu'aux portes de l'Élysée en 2017. Sous couvert de « rassembler » sa famille politique, il renoue avec le culte du chef si cher à la droite bonapartiste et se réserve une place de choix, au-dessus de la mêlée, loin du brouhaha médiatique et des considérations administratives.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Formation politique au plus mal recherche président. Dette colossale de 78,5 millions d’euros à gérer, ambitions personnelles à recadrer, machine à idées à relancer. Le titulaire du poste devra également faire « toute la transparence » sur une affaire connue par tous sous le nom de Bygmalion, mais que d’aucuns font encore mine de surnommer « Pygmalion ». Poste à pourvoir à compter du 29 novembre. L’annonce publiée par l’UMP après la démission forcée de Jean-François Copé au mois de juin n’a rien d’alléchant et pourtant, trois personnes – dont un ancien président la République – y ont répondu.