Médias: Daniel Kretinsky veut rassurer sur ses intentions

Par

De passage à Paris, le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, qui vient d'acquérir 49 % des parts de Matthieu Pigasse dans Le Monde, affirme investir dans les médias par « engagement citoyen ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

De passage à Paris, l’homme d’affaires tchèque Daniel Kretinsky a essayé de rassurer ses interlocuteurs sur ses intentions. Cet industriel milliardaire a récemment acquis 49 % de la holding de Matthieu Pigasse, coactionnaire majoritaire du journal Le Monde. Il est par ailleurs propriétaire depuis juin de Marianne, et doit parachever en 2019 l’achat de la quasi-totalité des magazines du groupe Lagardère.

Dans un entretien dans Les Échos publié le 3 novembre, Daniel Kretinsky, qui a fait sa fortune dans l'énergie en Europe de l'Est, dément être « un agent des intérêts Russes » ainsi qu'avoir investi dans Le Monde par calcul stratégique pour entrer dans le capital du groupe français Engie. Il assure investir dans la presse par « engagement citoyen » pour « la préservation des valeurs traditionnelles de la démocratie libérale. »

S’il investit dans les médias français, ce serait pour éviter les conflits d’intérêts en Slovaquie où son groupe est « très puissants dans (les) activités énergétiques ». Mais pas à une contradiction près, il n’écarte pas totalement le fait d’être intéressé par l’énergie en France, notamment les actifs, d’Uniper France, qui exploite les centrales à charbon de Saint-Avold et Gardanne. « Nous ne commentons jamais les processus en cours, mais de manière générale s'il y a l'opportunité d'investir de façon raisonnable, nous allons regarder, indique-t-il. Mais un investissement pur dans des centrales au charbon est très peu probable. »

À lire dans Les Échos

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale