Dans le cinéma, des violences sexuelles systémiques

Par

Deux ans après #MeToo, le monde du cinéma français n’a pas encore opéré sa révolution des pratiques, même s’il en prend doucement la voie. Que faire pour que cesse l’impunité ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un acteur qui met son pied dans l’entrejambe d’une comédienne sous la table, lors d’une prise. Un réalisateur qui accompagne une jeune actrice aux essayages en lâchant : « Elle a un beau petit cul, faut lui mouler. » Un producteur qui conditionne un rôle à des faveurs sexuelles. Une main sur les fesses, une remarque sexiste, une humiliation misogyne, une tentative de viol dans une loge. Dans le monde du spectacle, les témoignages déboulent en avalanche quand on tend l’oreille. Et ils ne concernent d’ailleurs pas que les femmes : nombre d’hommes sont eux aussi victimes de comportements abusifs, émanant le plus souvent d’hommes.