Plan de relance: petit précis pour ne pas être dupe de Sarkozy

Par

Nicolas Sarkozy doit annoncer son plan de relance, jeudi 4 décembre, à Douai (Nord). Prime à la casse pour doper le marché automobile, prime exceptionnelle pour les travailleurs pauvres, dispositions pour soutenir l'immobilier, cascade de mesures passagères pour venir en aide à la trésorerie des entreprises: les indiscrétions se multiplient sur le dispositif anti-crise. Mais derrière le plan de relance n'y a-t-il pas aussi, sinon d'abord, un savant plan de communication? Pour déjouer ce piège, Mediapart fait le bilan des promesses non tenues, des annonces faites à contretemps ou des erreurs dans le pilotage de la politique économique. Petit précis pour ne pas écouter idiot le discours présidentiel. Lire aussi:

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Même si – de la «prime à la casse» pour doper le marché automobile jusqu'à la prime exceptionnelle pour les travailleurs pauvres en passant par des dispositions pour soutenir l'immobilier et une cascade de mesures passagères pour venir en aide à la trésorerie des entreprises –, une grande partie du plan de relance prévu par Nicolas Sarkozy est d'ores et déjà connu, l'honnêteté commande d'attendre que le chef de l'Etat ait fini de le dévoiler pour chercher à en évaluer les effets prévisibles. A Mediapart, c'est en tout cas le choix que nous avons fait: plutôt que de mendier auprès de quelques conseillers proches du Palais, telle ou telle miette du fameux plan, que le chef de l'Etat doit présenter, jeudi 4 décembre, à midi, à l'occasion d'un discours à Douai (Nord), où est implantée une des usines Renault, nous attendrons que le dispositif soit intégralement dévoilé, pour chercher à en évaluer la pertinence; pour analyser les mesures et nous faire l'écho du débat public qu'elles suscitent.