2020-21, une année noire pour les parents des étudiants

Par

Sacrifices financiers réduits à néant, inquiétudes, éloignement… Par effet de ricochet, les parents pâtissent aussi de la détresse dans laquelle se trouvent leurs enfants étudiants. Cinq d’entre eux témoignent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les trois fils de Michel sont sous antidépresseurs, suivis par des psychologues et des psychiatres. Il y a Julien, graphiste de 32 ans, dont le couple a été bousculé par le confinement ; Samuel, étudiant de 25 ans, en troisième année d’histoire à l’université de Montpellier qui se sent terriblement seul dans son petit appartement et décroche complètement. Puis il y a Noah, lycéen de 17 ans en classe de terminale qui, depuis le début de la crise, a des sautes d’humeur régulières.