A La Roche-sur-Yon, les «gilets jaunes» refusent pour l’instant «la stratégie du choc»

Par Pierre-Yves Bulteau

Ils ont été un millier de manifestants à avoir répondu à l’appel interrégional de La Roche-sur-Yon, pour l’acte XXV des « gilets jaunes » ce samedi 4 mai. Entre tirs de lacrymos et barbecue géant sur un rond-point, étrange ambiance dans un cortège qui légitime verbalement la violence, mais la réprouve dès qu’elle se manifeste physiquement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Roche-sur-Yon (Vendée), envoyé spécial. - Il est peu avant 15 h, ce samedi. D’un coup, le ciel se charge au-dessus de la ville. Aux pieds de la statue de l’empereur, un bon millier de « gilets jaunes ». « Ça y est ! lance un jeune homme dans la foule, on est dans le périmètre interdit. » Par un arrêté préfectoral, pris la veille au matin, le Pentagone (nom du cœur de ville) et plus encore la place Napoléon sont interdits à toute forme de rassemblements et de manifestations, ce 4 mai entre midi et 22 h.