Jean-Marie Delarue: «La prison est aujourd’hui une source d’insécurité»

Par et

Arrivé au terme de son mandat, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, fait le bilan de son action à la tête d’une équipe qui visite prisons, locaux de garde à vue, centres de rétention administrative et hôpitaux psychiatriques. Il rappelle que plus les personnes enfermées sont mal traitées, plus elles risquent de récidiver. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nommé en 2008 et premier en France à occuper ce poste, Jean-Marie Delarue quitte ces jours-ci ses fonctions de contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) au terme d'un mandat de six ans non renouvelable. Il dresse pour Mediapart le bilan de son action, à la tête d'une équipe de 25 personnes qui contrôlent les lieux de garde à vue, les prisons, les hôpitaux psychiatriques et les centres de rétention administrative. Outre le « gigantisme carcéral », il dénonce le développement de mesures de sécurité « irrationnelles ».