Violences policières: à Toulouse, la jeunesse a clamé sa colère

Par

Un rassemblement contre les violences policières s’est tenu mercredi soir à Toulouse, au lendemain de la forte mobilisation parisienne. Il a donné à voir une jeunesse déterminée à ne plus accepter le racisme systémique et à s’organiser à l’écart de forces politiques discréditées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est environ 20 heures. Elle ne va pas garder le micro très longtemps mais ses quelques phrases, applaudies par la foule, résumeront parfaitement la soirée : « Je m’appelle Fatoumata, j’ai 19 ans. Comprenez bien quelque chose : on n’abandonnera pas. On est des futurs politiciens, des futurs avocats de ce pays. Retenez bien mon prénom. J’arrive ! »