L’Etat veut contrôler les associations dans les centres de rétention

Par
L'appel d'offres réorganisant la présence des associations dans les centres de rétention vient d'être rendu public. À partir du 1er janvier 2009, la Cimade devra partager avec d'autres sa mission d'aide juridique aux sans-papiers en instance d'expulsion. L'Etat attend des candidats qu'ils s'engagent à «faire preuve de discrétion». Et ils devront en référer au préfet. La Cimade évoque une «atteinte majeure aux droits des étrangers et au rôle des associations».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Brice Hortefeux attend de la «discrétion» de la part des associations qui seront autorisées à entrer dans les centres de rétention administrative (CRA) à partir du 1er janvier 2009.