Loi bioéthique: les députés refusent les tests ADN «récréatifs»

Avec la loi bioéthique, certains Français nés d’une PMA espéraient une légalisation des tests génétiques accessibles sur internet, utilisés pour identifier leur donneur.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le vote cette semaine de l’article 3 du projet de loi bioéthique, qui permettra aux enfants nés d’une PMA d’accéder à l’identité de leur donneur, laisse un goût amer à certains militants. « Nous sommes totalement absents de ce texte », accuse même Arthur Kermalvezen, président et co-fondateur de l’association Origines qui bataille pour le droit de chacun à connaître ses parents biologiques.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal