Procès Bettencourt: la parole au majordome

Par

L’ancien majordome Pascal Bonnefoy s’explique pour la première fois, face au tribunal correctionnel, au sujet des enregistrements Bettencourt. Les journalistes Hervé Gattegno, Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi lui succèdent à la barre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bordeaux, de notre envoyé spécial.- Chevelure argentée, plutôt bel homme, Pascal Bonnefoy est impeccable dans son costume gris. Il a la démarche souple d’un steward, ou d’un acteur de comédie américaine des années 50. Pourtant, lorsqu’il s’avance à la barre du tribunal, l’ancien majordome de Liliane Bettencourt, cet homme sans qui « l’affaire » n’aurait pas existé, n’a pas l’aisance des autres prévenus du jour, habitués des joutes verbales et friands de débats rhétoriques. C’est un homme qui vient d’un milieu très modeste, a arrêté ses études en classe de 3e, et se décrit sans rougir comme un autodidacte. Aujourd’hui âgé de 52 ans, Pascal Bonnefoy s’est reconverti dans l’hôtellerie, dans les Côtes-d’Armor. Il a changé de vie après « l’affaire », ce cataclysme qui lui vaut aujourd’hui d’être jugé pour « violation de l’intimité de la vie privée », et sur lequel il ne s’est jamais exprimé publiquement malgré de multiples sollicitations (1).