SOS homophobie perd son agrément pour intervenir à l’école

Par

Le tribunal administratif, saisi par la Conférence nationale des associations familiales catholiques, a jugé que l’association SOS homophobie dérogeait au principe de neutralité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que le ministère de l’éducation vient d’annoncer un plan de lutte contre les stéréotypes de sexe et l’homophobie, l’association SOS homophobie vient de perdre par un jugement du tribunal administratif son agrément pour intervenir en milieu scolaire. Le tribunal, saisi par la Conférence nationale des associations familiales catholiques (CNAFC) a, en effet, considéré dans son jugement du 23 novembre que le module de sensibilisation de SOS homophobie contenait des passages contraires à la neutralité nécessaire pour intervenir dans l’espace scolaire.