Loi «anticasseurs»: la honte de La République en marche

Le 5 février, en première lecture à l’Assemblée nationale, les députés ont adopté la proposition de loi visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs. Seuls 50 élus de LREM se sont abstenus. En adoubant ce texte qui porte atteinte aux libertés fondamentales, la majorité présidentielle bascule dans l’indignité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Rien n’y aura fait. Ni les critiques constructives, ni les dénonciations pertinentes, ni les coups de gueule incisifs. Le parti majoritaire, La République en marche, a voté le 5 février à l’Assemblée nationale la proposition de loi (PPL) visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs. Cette loi contre les libertés, dite loi « anticasseurs », a été adoptée à 387 voix (92 contre, 76 abstentions).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Agriculture et alimentation — Brève
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Violences sexistes et sexuelles
par Yunnes Abzouz
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Entretien
Sexisme : la streameuse Ultia porte plainte pour cyberharcèlement
La joueuse en ligne est régulièrement victime de campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux et les plateformes de diffusion, depuis qu’elle a dénoncé les propos sexistes d’un streamer. Elle en témoigne dans un entretien vidéo.
par Lénaïg Bredoux et Youmni Kezzouf
Afrique(s) — Enquête
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
France — Enquête
Dans l’ombre de la ministre Pannier-Runacher, son encombrant compagnon
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Libertés publiques — Enquête
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)