Cette semaine dans «A l’air libre»

Par

Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le témoignage est grave, les propos sont lourds. Jeudi, dans « À l'air libre », nous diffusions l'interview face caméra du sculpteur Laurent Faulon qui accuse Claude Lévêque de viol, et nous rencontrions la jeune génération d’artistes qui s’organise pour faire changer les choses. La question de l’inceste et des violences sexuelles avait fait l’objet d’un débat mesuré lundi : Caroline de Haas, du collectif Nous Toutes, et Marilyn Baldeck, déléguée générale de l’AVFT, l’Association contre les violences faites aux femmes au travail, ne sont pas d’accord sur la nécessité d’allonger voire de supprimer la prescription. 

Mercredi, deux autres témoignages sur un tout autre sujet : les difficultés des entrepreneurs qui ne cochent pas les bonnes cases pour bénéficier des aides Covid. Éric Coursières et Pierre Renoud-Grappin, deux jeunes entrepreneurs étranglés par la crise sanitaire, se demandent s'ils pourront continuer leur activité.

De son côté, Nejma Brahim est toujours à bord de l’Ocean Viking, elle faisait le point sur de nouveaux sauvetages de migrants jeudi. Lors de ce même numéro, le député Aurélien Taché, ex-En Marche, venait dire tout le mal qu’il pensait de la loi Séparatisme, et plus généralement du quinquennat d’Emmanuel Macron. Comme en écho, Cécile Duflot, la directrice d’Oxfam France, était mardi sur notre plateau, pour parler de la pauvreté qui s’est aggravée depuis le début de la pandémie. 

Mercredi, c’était William Dab, ancien directeur général de la Santé, qui s’inquiétait du mode de gestion de la crise sanitaire adopté par le gouvernement. À notre dernière question – faut-il être optimiste pour la suite ? –, William Dab a donné une réponse… mesurée.

 

Violences sexuelles, crise économique, sauvetage en mer... une semaine dans À l'air libre © Mediapart

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous