Réforme de l'Etat: préparé en catimini, l'acte II doit attaquer «l'os»

Par

Alors que la Révision générale des politiques publiques (la RGPP et son fameux non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux) n'a pas empêché l'explosion du déficit public, certains à Bercy planchent sur une étape nettement plus radicale de la modernisation de l'Etat. En toute discrétion, conformément à la méthode suivie depuis cinq ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si l’on n’avait encore rien vu ? Alors que, cinq ans après son lancement, le bilan de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) n’a toujours pas été sérieusement effectué, déjà, la prochaine étape se prépare. En catimini, une fois de plus. Le 29 novembre dernier, lors du séminaire organisé au ministère des finances pour célébrer les acquis de cette vaste réforme, Bercy a succombé à un exercice public d'autocongratulations. Des chiffres mettant en valeur les “considérables économies” réalisées grâce à la RGPP ont été avancés : 150 000 fonctionnaires non remplacés, un gain de 15 milliards pour les finances publiques, voire « 200 milliards pour les générations futures », prévoit Valérie Pécresse, louant dans son discours des réformes de structures « irréversibles ».