Contre des bretelles d’autoroutes, des parents saisissent la justice

À Saint-Denis (93), des associations et des riverain·e·s déposent un recours contre la construction d’un système d’échangeurs autoroutiers en pleine ville, à proximité d’un groupe scolaire de 700 élèves. Selon eux, le quartier Pleyel risque l’asphyxie.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Construire des bretelles d’autoroutes à quelques mètres d’un groupe scolaire de 700 élèves, est-ce encore possible en 2020 ? C’est la question que devra juger la cour administrative d’appel de Paris à partir du 5 mars. La branche de l’association de parents d’élèves FCPE en Seine-Saint-Denis, des collectifs de riverain·e·s, des élu·e·s municipaux : au total treize requérants ont déposé un référé suspension contre l’arrêté préfectoral déclarant d’intérêt général la construction d’un système d’échangeurs entre l’A86 et l’A1, au niveau du quartier Pleyel, à Saint-Denis.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal