Argent du FN et des Le Pen: une famille aux affaires

Par

Jean-Marie et Marine Le Pen ont construit au FN un système hypercentralisé en plaçant un proche au poste de trésorier et en créant leurs propres micropartis. Aujourd’hui, père et fille sont visés par des enquêtes judiciaires sur le financement du parti et sur leurs patrimoines.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La question de l’argent a ponctué l’histoire du Front national. Elle a aussi été un révélateur de la gestion personnelle et hypercentralisée du parti par les Le Pen. Leurs entourages ont souvent raconté leur fascination – voire leur « obsession » – pour l’argent. « Ne jamais oublier que le fil rouge de Le Pen, c’est l’argent », soulignait en 2011 Lorrain de Saint Affrique[1], l’ancien conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen, qui a repris du service auprès de lui après sa brouille avec la nouvelle présidente du FN. « Le Pen devient fou quand il s’agit d’argent », avait témoigné la même année l’ancien imprimeur historique du Front national, Fernand Le Rachinel[2].