Le PS n'y voit pas clair dans ses adhérents

Par
Mediapart s'est procuré le fichier des effectifs socialistes pouvant voter lors de la convention nationale du 14 juin, préalable au prochain congrès. Nous vous proposons une plongée dans cette carte de France militante minée par le départ de nombreux adhérents mais susceptibles d'influer à nouveau sur l'avenir du parti. Le Pas-de-Calais redevient la première fédération ; les effectifs de Paris diminuent de moitié.
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Radiographie militante complexe pour le PS. Mediapart révèle la synthèse réalisée par le bureau national des adhésions du parti socialiste (BNA), dressant la carte de France militante fédération par fédération [téléchargeable ici en format PDF]. Ce document, envoyé par circulaire aux premiers secrétaires fédéraux, tient aussi compte du fort reflux des adhérents depuis la dernière présidentielle, chiffré officiellement à 73.437.

 

Ces chiffres relativisent ceux de notre enquête du 17 mars dernier, sans que l'explication n'en soit bien claire. Le BNA les appelle «votants potentiels», car les statuts du parti prévoient que tout adhérent peut se remettre à jour de sa cotisation le jour du vote au prochain congrès.

 

L'effectif actuel du PS, établi à 162.970 membres au 31 décembre 2007 (+ 2.113 cotisations «incomplètes»), pourrait donc “potentiellement” regonfler à 238.520 le 14 juin prochain. À cette date, s'ouvrira la première phase du congrès socialiste: la convention nationale devant entériner la réforme des statuts et la nouvelle déclaration de principe du PS. À la lecture du fichier, on note une évolution sensible de la géographie militante du parti.

 

Le Pas-de-Calais loin devant, Paris du double au simple

 

Premier enseignement, qui saute aux yeux: avec 14.484 adhérents (et seulement 280 cartes perdues), le Pas-de-Calais retrouve de loin son rang de plus grosse fédération de France, tandis que Paris retombe à 9.087 militants, subissant le départ de 11.124 personnes ayant adhéré pour la très grande majorité par Internet, à 20 euros.

 

Selon l'eurodéputé fabiusien Henri Weber, «dans le Pas-de-Calais on peut parler de parti de masse, dans la grande tradition des partis socialistes du nord de l'Europe. Eux, ils savent organiser le nombre…». Le secrétaire général de la fédération, Jean-Paul Pelinski, avait déclaré à Mediapart lors d'un précédent article: «Nous, on est 15.000, on a gagné 3.000 adhérents depuis 2005. Mais il faut dire qu’on a refusé les adhésions par Internet. Chez nous, c’est du réel!»

 

"Premier fédéral" de Paris, le député et maire du XIe arrondissement, Patrick Bloche, estime la perte d'effectif des "nouveaux adhérents" à 75% dans la capitale. «Nous avons eu tant de monde, en grande majorité des “20 euros” qu'il est normal qu'on en perde autant. Mais nous sommes en sensible hausse par rapport au congrès du Mans en 2005. Et puis, nous avons joué la transparence. Nous…», explique-t-il. Tout en maniant l'ironie: «Je suis admiratif du travail du Nord-Pas-de-Calais. On a beau changer les statuts, les habitudes persistent.»

 

Jean-Christophe Cambadélis, proche de Dominique Strauss-Kahn, note lui que «depuis septembre, le parti a gagné près de 50.000 adhérents, puisqu'on était 110.000 en septembre dernier. Ils ont donc été remobilisés les trois derniers mois de 2006. Je ne sais par qui…»

 

 

 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Cet article est un droit de suite («une obsession», moque ma voisine de bureau) sur la question des adhérents du PS. Après avoir publié une enquête sur ce sujet le 17 mars dernier, nous rendons donc public les effectifs officiels du PS. Souvent sujets de polémiques en période de congrès, ces chiffres le sont davantage, car la problématique des “nouveaux adhérents” complexifie le jeu politique, autant qu'elle est révélatrice de la difficulté du PS à prendre l'ampleur d'un grand parti d'opposition.

 

Toutes les personnes interrogées l'ont été par téléphone. Henri Weber et Benoît Hamon n'avaient apparemment pas lu le document que communique Mediapart. Injoignable toute la semaine passée, Vincent Peillon, qui “travaille” sur les fédérations pour Ségolène Royal, n'a pu répondre à nos questions.