«Bastion social»: les secrets du nouveau GUD

Par et

Les divisions et l’amateurisme de l’extrême droite radicale l'ont poussée à se réorganiser. Un nouveau mouvement – Bastion social – s'est créé sur les décombres du GUD (Groupe Union Défense), avec l'objectif de sortir de la marginalité politique. Il s'inspire directement des néofascistes italiens de CasaPound.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils veulent sortir de la marginalité politique en alliant bataille culturelle et action sociale. Depuis un an, ils inaugurent, ville par ville, des locaux : Lyon, Chambéry, Strasbourg, Aix-en-Provence, Angers, Clermont-Ferrand et, plus récemment, Marseille. Avec la même devise : « autonomie, identité, justice sociale ». Dans leur communication, ils mettent en avant leurs collectes et distributions alimentaires, nettoyages de lieux publics, maraudes de soutien aux personnes sans domicile. Mais cette aide est conditionnée à un critère : la nationalité française.