Jean-Michel Blanquer, un ministre affaibli par la crise sanitaire

Par et

En première ligne pour gérer la crise sanitaire et la fermeture des établissements, le ministre de l’éducation nationale a multiplié les sorties hasardeuses et a été contredit par l’exécutif à de multiples reprises, ce qui a pu donner l'impression d’un manque de maîtrise de la situation. Récit de ces semaines mouvementées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Michel Blanquer n’a pas l’habitude de se trouver en mauvaise posture et d’être le mauvais élève du gouvernement. Pourtant, en deux mois de confinement et de fermeture des établissements scolaires, l’omniprésent ministre de l’éducation nationale a été mis en difficulté par le tandem exécutif, et aussi par la réalité. Ses déclarations ont été souvent contredites par les faits.