Grandes ou petites mosquées ? A Bordeaux, la bataille a commencé

Par

Porté par Tareq Oubrou, l'imam emblématique de la capitale girondine, le projet de construction d'une grande mosquée ne fait pas l'unanimité. Certains l'accusent d'intentions hégémoniques sur l'agglomération, où vit une importante communauté musulmane, et défendent des lieux de culte de proximité. Deuxième article d'une série consacrée aux débats qui traversent l'islam en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bordeaux, envoyée spéciale. - À la fin du mois de mai, pour la première fois dans Bordeaux (Gironde), faute de place, une prière de rue a eu lieu devant la mosquée du quartier Saint-Michel. Comme dans beaucoup de villes de France, les mosquées et les salles de prière débordent. « Ici, on évite la prière de rue de justesse », admet Fouad Saanadi, président du Conseil régional du culte musulman (CRCM), qui officie à la mosquée El-Houda de la rue Jules-Guesde, la mosquée de l’emblématique Tareq Oubrou.