Quand Securitas «intercepte des clandestins» sur le port de Ouistreham

Par

Un document, que Mediapart s'est procuré, atteste que l'entreprise « intercepte » des migrants dans le port de Caen-Ouistreham. La société privée s'est vu confier la sous-traitance des missions de sûreté du port et peut remettre à la gendarmerie les auteurs de « délit flagrant ». Sans avoir forcément la formation nécessaire pour un tel mandat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voici un en-tête qui laisse peu de place au doute. « Interception de clandestins », est-il écrit en gros et en gras, en haut du document, juste au-dessus du logo du port de Caen-Ouistreham et de celui de la société de sécurité Securitas. Une entreprise privée aurait-elle donc le droit d’arrêter des migrants ? La question mérite d’être posée à la lecture de ce « rapport d’anomalie ». Daté de juin dernier, il indique qu’une personne a été remise à la gendarmerie. Le rapport, qui a toutes les apparences d’un document type, avec cases à cocher et renseignements à fournir, précise que la personne « interceptée » a été trouvée dans les essieux d’un camion.